Publié le 2 février 2022 Mis à jour le 7 juin 2022
le 3 février 2022

La Ville de Lyon, l’Université Lumière Lyon 2, l’association La Gonette et l’association Rhône Loire pour le développement de l’agriculture biologique (ARDAB) ont signé aujourd’hui une convention de partenariat autour d’un projet de recherche intitulé « Tester l’autonomie économique alimentaire auprès des étudiant.es ».

Ce projet de recherche est cofinancé par la Ville de Lyon, la Métropole et la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF). Porté par l’Université Lumière Lyon 2 à travers la Chaire TrALIM, il doit permettre de comprendre les habitudes alimentaires des étudiant.es et de trouver le moyen de leur proposer une alimentation plus saine et durable.
 
Signature de la convention multipartenariale le 3 février 2022
Avec la crise sanitaire, la précarité alimentaire étudiante s’est accentuée  ces dernières années. Le recours à l’aide alimentaire par les étudiant.es  est exponentiel depuis le premier confinement de mars 2020. À Lyon, des initiatives solidaires locales se sont développées et plusieurs tonnes de denrées alimentaires sont ainsi distribuées chaque semaine aux populations étudiantes pour leur apporter une aide immédiate. Mais peu d’initiatives envisagent la solidarité alimentaire dans une perspective de transition écologique et solidaire, et d’accompagnement vers une alimentation plus saine et durable. Or cette transition ne peut se faire sans une évolution de la demande.
Ainsi, la question de la stimulation de la demande de produits de qualité et locaux par les étudiant.es est fondamentale, cette stimulation devant idéalement avoir des conséquences à plus long terme à travers un véritable engagement des étudiant.es dans une « nouvelle alimentation ». Identifier à la fois les freins et les motivations des étudiant.es à rechercher une alimentation plus saine et durable permettra d’envisager des dispositifs pertinents.
Cette expérimentation va durer 1 an, sur l’année 2022. Elle testera les comportements des étudiant.es et leur évolution en réponse à différents stimuli.
Le travail de terrain comprendra différentes phases.
  • Une étude exploratoire permettra de mieux comprendre la situation des étudiant.es et d’analyser leurs freins et motivations à se tourner vers une alimentation de qualité et locale. La notion d’alimentation responsable ou durable pourra être confrontée aux perceptions et à la compréhension qu’ils/elles en ont.
  • Dans un second temps, une expérimentation sera lancée pour étudier les comportements et l’évolution de ces comportements au regard de dispositifs mis en place (comparaison de groupes d’étudiant.es bénéficiant de dispositifs différents à un groupe de contrôle sans dispositif), dans une approche longitudinale (suivi des étudiant.es sur plusieurs mois).
Le territoire lyonnais dispose d’une monnaie locale, la Gonette, pouvant jouer un rôle d’activation de ces comportements. Elle sera partie prenante du dispositif testé.

Légende de la photo, de gauche à droite : Chloë Vidal, Adjointe Démocratie locale et redevabilité, évaluation et prospective, vie étudiante, Ville de Lyon ; Stéphanie Verfay, chercheure Université Lumière Lyon 2 ; Grégory Doucet, Maire de Lyon ; Nathalie Dompnier, Présidente de l'Université ; Jean-Vincent Jéhanno, Président de l'association La Gonette  Gautier Chapuis, Conseiller délégué Alimentation locale et Sécurité alimentaire, Ville de Lyon ; Laurence Paccard, Co-Présidence de l'ARDAB
 


Les partenaires signataires

  • Université Lumière Lyon 2
    Dans le cadre des activités de la Chaire TrALIM (Transitions alimentaires), une équipe de chercheur.es, doctorant.es et étudiant.es de l’Université Lumière Lyon 2 est en charge de l’étude scientifique.
    Depuis 2008, les chercheur.es de l’Université et de l’Institut Paul Bocuse allient leurs connaissances de la gastronomie et des sciences humaines et sociales pour étudier les évolutions de l’alimentation, souvent concomitantes à celles des sociétés.
    La chaire partenariale TrALIM a officialisé ces recherches croisées et propose des partenariats avec les acteurs publics et privés concernés, afin de contribuer aux transitions alimentaires vers la société de demain. Le projet de recherche correspond donc parfaitement aux objectifs de cette chaire partenariale.
  • Association La Gonette
    La Gonette est la monnaie locale citoyenne de la région lyonnaise, lancée en 2015. L’association homonyme à l’origine de cette monnaie a pour but de la promouvoir auprès de ses utilisateur/trices, particuliers et professionnel.les.
    L’objectif de la Gonette est de favoriser les échanges et achats autour d’une offre locale. Intégrer cette monnaie au projet de recherche favorisera donc ce dernier point. Les étudiant.es volontaires recevront une aide en Gonettes : ce sont leurs usages de cette monnaie qui permettront aux chercheur.es d’étudier la proportion de biens et services locaux adoptés et adoptables par les étudiant.es.
  • Association Rhône Loire pour le développement de l’agriculture biologique (ARDAB)
    Créée en 1986, l’ARDAB a pour mission de promouvoir une agriculture performante et respectueuse de l’environnement, auprès de tous les acteurs potentiellement concernés : les agriculteur/trices bien sûr, mais aussi les consommateur/trices, particulier.es ou collectifs (restaurants, collectivités).
    L’ARDAB se chargera donc de la partie plus pédagogique du projet de recherche, proposant à deux panels de 50 étudiant.es une conférence sur l’agriculture biologique, une visite de ferme, et un atelier cuisine en partenariat avec la « Légumerie ». Elle participera également à la promotion du projet de recherche, et à l’information autour de la Gonette.
  • La Ville de Lyon
    La Ville de Lyon s’est engagée à travers le plan de mandat 2020-2026 à favoriser l’accessibilité et la justice alimentaire. Il s’agit à la fois de proposer des prix justes pour les agriculteur/trices à travers les compétences de la Ville et de permettre une accessibilité alimentaire de qualité à toutes et tous. Cette alimentation de qualité est un enjeu sanitaire, économique et environnemental.
    Mobilisée pour lutter contre la précarité alimentaire, la Ville de Lyon porte également des projets de Maison de l’alimentation (lieux totem pour l’émancipation des lyonnaises et des lyonnais à travers l’alimentation) et soutient les épiceries sociales et solidaires sur son territoire.

Informations pratiques

Contact

Direction de la communication, de l'événementiel et du protocole :