Publié le 14 janvier 2021 Mis à jour le 2 février 2021
le 5 février 2021
En distanciel (visio / live)

Ce colloque international s'inscrit dans le cadre d'un projet relevant du « Soutien aux Coopérations Universitaires et Scientifiques Internationales » (SCUSI), soutenu par la Région Auvergne Rhône-Alpes, et centré sur l’actualité de la criminologie clinique.

Attention En raison de la situation sanitaire, ce colloque est en visioconférence. La participation est gratuite mais l'inscription est obligatoire : https://criminologie1.sciencesconf.org/

 
Argument

« L’homme tue ! Bien sûr, il sait construire, inventer, il engendre des enfants qu’il instruit et protège. Il rit, répare, crée, espère et donne. Mais invariablement aussi et chaque instant le démontre, il tue ! Il tue pour vivre, par accident, par haine, par férocité, qu’importe. Il tue ses ennemis, ses voisins, ses propres enfants, ceux qu’il déteste, qu’il côtoie, qu’il dit aimer. Et ce n’est pas près de changer » (J.-M. Labadie, Psychologie du criminel).
Comme invite à le penser J.-M. Labadie, le crime représente une véritable cassure de sens pour une société, pour toute civilisation qui doit sauvegarder ses cohérences et valeurs. Si bien que face à ce qui fige la pensée tout autant que l’obsède, se construisent des stratégies et des traitements multiples de la criminalité dans le but de sanctionner, de protéger la démocratie, de comprendre les formes d’expression de la violence.
Depuis la phrénologie jusqu’aux domaines du digital, le traitement de la violence converse régulièrement avec des conceptions permettant de (re)construire des frontières et de produire des réponses.
La diversité des interventions nous permettra d’interroger les effets que produit le phénomène criminel sur la scène sociale, judiciaire et sanitaire. Quels en sont les différents modèles de compréhension ?
Comment la criminalité engage des logiques profondément marquées par l’Utopie qui produit ainsi un déplacement du sens à trouver « ailleurs », là où ne peut se comprendre et s’interpréter le désastre et la catastrophe.

Programme

8h30 - Accueil des participant.es - connexions
9h00 - Ouverture : Magali RAVIT

Président : Bruno GRAVIER / Discutant.es : Frédéric MEUNIER - Ève BÉCACHE
9h15 – 10h00 : Marie- Sophie DEVRESSE, « L’étroitesse de la raison. Quand la justice pénale se saisit du sujet ».
10h00 – 10h45 : Jean LASSEGUE, « La numérisation du droit et ses enjeux dans l'interlocution »
Pause 10h45-11h15
11h – 11h45 : Patrick MISTRETTA, « L'utilisation des neurosciences en droit pénal »
11h45 – 12h30 : Catherine MÉNABÉ, « Les techniques de recherche en criminologie : quelle place pour la criminologie clinique ? »

12h30 – 13h30 : Pause déjeuner

Président : Vincent DI ROCCO / Discutant.es : Pascal ROMAN - Sabine MOUCHET-MAGES
13h30 – 14h45 : Antoine MASSON, Johan KALONJI, « L’expertise psychiatrique à l’épreuve des mots ».
14h45 – 15h30 : Jérôme ENGLEBERT, « De l'errance à la ballade : liberté, folie et territoire en criminologie clinique ».
Pause 15h30-15h45
15h45 – 16h30 : Denis GRÜTER et Magali RAVIT, « Prise en charge individualisée des personne violentes en milieu carcéral ».
16h30 : Discussion / Clôture des travaux

Principe et
perspectives

L’objectif de ce projet international francophone de criminologie clinique ? Renforcer et favoriser des échanges entre universitaires et praticien.nes, au niveau international, susceptibles d’organiser un partenariat à même de promouvoir des perspectives de recherche et de formation entre l’université et les terrains praticiens.
Ce projet s'est ouvert par un séminaire international francophone de criminologie clinique organisé à Lyon les 19 et 20 septembre 2019. Il se déroule sur une période de trois années (2019 - 2021), rythmé par un colloque annuel.

De manière générale, ce projet s'inscrit dans la volonté de :
1) Promouvoir la région Rhône-Alpes dans la mesure où celle-ci, d'un point de vue historique, a été considérée comme le berceau de la criminologie française faisant contrepoids à l'école positiviste italienne. Cet ancrage historique a façonné toute une culture tournée autour du bien-fondé des échanges entre les praticien.nes (magistrat.es, médecins, anthropologues, sociologues, psychologues, professionnels de l'administration pénitentiaire, etc.) et les universitaires.
2) Construire des connaissances en appui sur les terrains de la pratique. Il s’agit d’initier des perspectives nouvelles en criminologie consistant à croiser différentes approches autour de thématiques larges et variées (articulation entre le soin et la justice, évolution des dispositifs de prise en charge et d’évaluation, prise en charge des victimes, placement des mineur.es, question du consentement, radicalisation, etc.).
3) Développer un niveau international des connaissances et proposer des réflexions avancées dans le champ de la criminologie. Dans ce sens, ce séminaire devrait pouvoir initier des recherches interdisciplinaires de niveau doctoral en criminologie, en appui sur les laboratoires partenaires.

Pour participer, merci de vous inscrire en ligne
S'inscrire

Informations pratiques

Date(s) et lieu(x)
Le 05 février 2021
De 08:30 à 17:00
Lieu(x) : En distanciel (visio / live)
Informations : https://criminologie1.sciencesconf.org/

Partenaires

Ce projet a retenu l’attention de la Région Auvergne Rhône-Alpes pour sa pertinence, sa qualité et son excellence.

Ce partenariat est en appui sur deux attaches institutionnelles : le CRPPC (Centre de Recherche en Psychologie et Psychopathologie Clinique – EA 653) à l’université Lumière Lyon 2 et le SMPP (Service de Médecine et Psychiatrie Pénitentiaires) du CHUV (Centre Hospitalo-universitaire Vaudois).

Ce partenariat est construit en appui sur le Réseau International de Criminologie Clinique Inter-universitaire Transdisciplinaire francophone (RICCITf) qui réunit des partenariats nationaux et internationaux valorisant les échanges et rencontres (colloques, journées d’études) entre les différent.es acteur/trices travaillant dans le champ de la criminologie.
En partenariat également avec le CH Le Vinatier, Pôle Santé Mentale des Détenus et Psychiatrie Légale et le GRhACC, Groupe Rhône-Alpes de Criminologie Clinique et le CNRS