Publié le 20 janvier 2020 Mis à jour le 10 juin 2020
le 30 octobre 2019

Cette 2e édition avait pour thème « la francophonie, un atout pour une carrière universitaire et professionnelle ».

Développement des coopérations

© Campus France
Jim Walker, Vice-président en charge des relations internationales, s'est rendu à Pristina le 30 octobre 2019 à l'invitation de l'Ambassade de France dans le cadre de la Tournée des Balkans organisée par Campus France. Cette 5e étape se déroulait à la Bibliothèque nationale du Kosovo et réunissaient des établissements français et les programmes francophones de cette région. L’objectif ? Montrer l’intérêt de développer des coopérations avec les universités françaises et francophones, en illustrant le point de vue de l’université publique de Pristina, d’une université française et d’une université d’un pays de la francophonie.
Ce type de manifestation constitue une opportunité de dialogue avec les étudiant.es pour mieux préparer leur année universitaire 2020/2021 et également l'occasion de rencontrer des responsables universitaires de chaque pays.
Jim Walker a ainsi échanger avec :
  • Anton Vukpalaj, Professeur département Sciences Politiques ;
  • Nerimane Kamberi, Professeur département de français ;
  • But Dedaj, Doyen faculté d’économie et sa collaboratrice Mjellma Carabregu ;
  • Dashamir Berxulli, Vice Doyen relations internationales et Lumnije Bajrami, responsable du Département des Relations internationales, très favorable aux projets MIC (Mobilité internationale de crédits) avec la France.

Les Balkans, une zone privilégiée dans notre stratégie internationale

Depuis 2017, notre Université porte une attention particulière aux Balkans de l'ouest (Macédoine, Serbie, Monténégro, Bosnie...), plusieurs facteurs concourant à en faire une zone privilégiée. En premier lieu, des partenariats sont déjà noués avec cette région. En effet, plusieurs collègues dans différentes composantes développent des coopérations avec le Kosovo, la Serbie ou encore la Bosnie, grâce aux projets MIC (Mobilité internationale de crédits). Ensuite, parce qu’il s’agit d’une zone, tout comme les Balkans de l’Est et du Sud d’ailleurs (Roumanie, Bulgarie, Grèce), très fortement soutenue par les fonds européens. Troisièmement, parce que la francophonie culturelle y est encore vivace, ce qui plaide pour que nous y jouions un rôle.

Informations pratiques

Date(s)

le 30 octobre 2019