Publié le 10 juin 2022 Mis à jour le 16 juin 2022
le 9 juin 2022

Le jeudi 9 juin 2022, nos jeunes docteur.es ont été honoré.es, lors de la cérémonie de remise des diplômes de doctorat et des prix de thèse 2021 organisée par l'Université. Retour sur une soirée à la fois solennelle et émouvante.

La cérémonie a réuni, dans le cadre prestigieux du Grand amphithéâtre, la communauté universitaire et académiques avec ses représentant.es institutionnel.les, les jeunes docteur.es et leur entourage : parents, conjoint.es et enfants.
 
 
La soirée a été introduite par :
- Isabelle von Bueltzingsloewen, Vice-présidente en charge de la Recherche, des études doctorales et de la science ouverte, qui a endossé la charge symbolique de l'événement, en portant la toge, ainsi que le rôle de maîtresse de cérémonie ;
- Gabriele Fioni, Recteur délégué à l'Enseignement supérieur, la recherche et l'innovation de la Région académique Auvergne-Rhône-Alpes ;
- Nathalie Dompnier, Présidente de l'Université.
Tou.tes se sont réjouis de pouvoir se retrouver, bien que certain.es n'aient pu être présent.es étant réparti.es dans tout l'hexagone et au-delà, compte tenu de la dimension internationale du doctorat. Cette cérémonie n'avait en effet pas pu être organisée depuis sa 1re édition en 2019, en raison de la pandémie. Comme l'a souligné d'ailleurs Isabelle Garcin-Marrou, directrice de l’école doctorale EPIC, les docteur.es ont d’autant plus de mérite que tous les collectifs ont souffert de la crise sanitaire. Les doctorant.es ont ainsi traversé des moments de solitude et de remise en question.
 

Les docteur.es, acteur/trices de la science avec et pour la société

Gabriele Fioni a commencé par signaler que les jeunes docteur.es rejoignent un « cercle intime ». Le saviez-vous ? Les doctorant.es représentent 3% des étudiant.es de chaque université et moins de 1% de la population est titulaire d'une thèse. Selon le Recteur, au cours de la thèse on apprend essentiellement une chose : un problème a été donné, compliqué à formaliser et à comprendre, pour lequel il a fallu esquisser des solutions. La démarche scientifique ainsi apprise, les docteur.es ont le devoir de l’appliquer quel que soit leur chemin et leur mission. « Vous devez porter cette démarche dans la société. Tout le monde n’est pas expert.e. » Il les invite à faire preuve de méthode, dans laquelle on se met en cause et on se confronte avec nos pairs dans le respect des autres, et d'ouverture à partager avec la société. « Si celle-ci n’y parvient pas, elle ne portera pas tous les fruits qu’elle pourrait. »

En écho aux propos attribués à Socrate, « Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien », Gabriele Fioni a rappelé que les docteur.es savent comment avancer et faire comprendre, avant de conclure sur ses voeux de réussite : « Soyez fier.es et soyez prêt.es ».

Pour Nathalie Dompnier, une telle cérémonie est importante à la fois pour les jeunes docteur.es mais aussi pour l'institution. C'est pourquoi cette initiative se développe à tous les niveaux – licence, master, doctorat – afin de marquer les étapes. Obtenir un diplôme est « un passage, un changement sur un chemin qui se prolonge ». Si l'Université joue un rôle décisif dans la recherche, le doctorat en est une pièce majeure et témoigne de sa vitalité. Même si celui-ci est encore insuffisamment reconnu, la Présidente considère que nos docteur.es peuvent « être confiant.es dans leurs qualités et leurs compétences ».
N'oublions pas que parmi les missions de l’Université figurent « la diffusion et la valorisation de ses résultats au service de la société » et « la diffusion de la culture humaniste, en particulier à travers le développement des sciences humaines et sociales, et de la culture scientifique, technique et industrielle » [source : article L123-3 du Code de l'éducation]. Notre Université a particulièrement à coeur d'assumer ses missions.

Comme l'a souligné Nathalie Dompnier « Connaissances et sciences ne font sens que si partager ». Rappelant que nous venons d'obtenir la labellisation « Science avec et pour la société », elle sait pouvoir « compter sur la qualité de passeur/euses et de médiateur/trices de nos doctorant.es et jeunes docteur.es et leur capacité à ouvrir de nouveaux chantiers et dialogues pluridisciplinaires ».

Enfin, citant l'économiste, sociologue et philosophe allemand Max Weber, « Ne peut s'interroger sur le sens de l'univers que celui qui est capable de s'étonner devant la marche des événements », Nathalie Dompnier a encouragé les docteur.es à continuer de s'étonner.

 

Félicitations aux jeunes docteur.es !

Après ces discours, chaque école doctorale s'est succédée sur la chaire :
  • 3LA (Lettres, langues, linguistique, arts) ;
  • InfoMaths (Informatique et mathématiques) ;
  • NSCo (Neurosciences et cognition) ;
  • EPIC (Éducation, psychologie, information et communication) ;-
  • SEG (Sciences économiques et gestion) ;
  • Droit ;
  • ScSo (Sciences sociales).

7 écoles doctorales

125 thèses soutenues en 2021

3 lauréat.es du prix de thèse & 2 accessits
Les écoles doctorales ont été présentées en quelques mots par leur directeur/trice ou représentant.e. Tou.tes se sont réjouis de l'organisation de cette cérémonie et la considèrent comme un moment symbolique et un rituel de passage. Bruno Milly, directeur de l'ED ScSo, a même évoqué « une traversée du miroir », après laquelle « le regard des autres changent ainsi que le regard sur soi ». Nous avons ainsi été témoins de la « métamorphose de doctorant.es en docteur.es, d’apprenti.es à transmetteur/euses ».
Ce fut aussi l'occasion de remercier les services et personnels qui accompagnent les doctorant.es tout au long de l'année et pour qui « la réussite des thésard.es est leur raison d’agir ». Les docteur.es ont été appelé.es à tour de rôle avec l'annonce de leur sujet de thèse, illustrant la richesse de notre Université, de l’économie à l’anthropologie, des lettres au droit, de la musique à la psychologie en passant par l'informatique…

La cérémonie s'est terminée par la remise des prix de thèse 2021, récompensant des docteur.es ayant soutenu leur thèse au cours de l’année 2020. Les lauréat.es sont Gaïa Barbieri, pour sa thèse de psychopathologie clinique (EPIC), Alexandre Chirat, pour sa thèse en économie (ScSo) et Maxime Triquenaux, pour sa thèse de littérature française (3LA). Deux accessits ont également été attribué à Denis Bertet, pour sa thèse de sciences du langage (3LA) et Elsa Boulet, pour sa thèse de sociologie (ScSo). →  Découvrir leur portrait

La soirée s'est poursuivie autour d'un cocktail.

Informations pratiques

Contact

Direction de la recherche et des écoles doctorales (DRED) :