Publié le 16 juin 2020 Mis à jour le 2 juillet 2020
le 3 juin 2020

Le projet COVIMOB, porté par le laboratoire aménagement économie transports (LAET) bénéficie du soutien de l'IdexLyon.

En plein confinement, le laboratoire LAET a été contacté par la Métropole de Lyon pour accompagner la collectivité à mieux comprendre les effets de la crise sur les pratiques de mobilité des habitant.es. De ces échanges est né le projet COVIMOB, qui bénéficie du soutien de la Métropole de Lyon, du Sytral, et de l’IDEX. Ce projet s’intéresse aux transformations de pratiques de mobilité en lien avec la crise sanitaire sur le territoire de la Métropole de Lyon et département du Rhône. Dans quelle mesure la crise sanitaire a-t-elle impactée le volume de déplacements, les choix de mode de transports, voire les aspirations résidentielles ? Comment le travail, l’organisation familiale, les rythmes de vie, les achats ont-ils été transformés par le confinement puis le déconfinement ? Quelles traces, plus ou moins pérennes, cette période inédite laissera-t-elle dans les habitudes des habitant.es de la Métropole et du département ? Les transports en commun, et plus largement les modes partagés (VLS, autopartage, covoiturage, etc.) seront-ils les grands perdants de cette crise ?

Pour répondre à ces questions, le LAET s’est entouré de partenaires experts dans l’analyse des mobilités, les bureaux d’étude Arcadis, Transae et Mobil’Homme. Un travail d’observatoire est ainsi mené afin de rendre compte des transformations liée à la crise dans le secteur des transports à Lyon, ainsi que la collecte d’indicateurs permettant de rendre compte des conditions nationales et locales de confinement et déconfinement dans plusieurs villes du monde. Ensuite, une enquête mixte est menée actuellement sur le territoire du Rhône avec l’objectif d’obtenir de premières données avant mi-juillet. Cette enquête se compose d’une part d’un questionnaire diffusé en ligne et d’autre part d’entretiens qualitatifs. Un second volet de recueil de données est envisagé à l’automne, avec l’ambition de documenter les évolutions de pratiques, de représentations et d’aspirations en train de se faire. Le dispositif d’enquête pourrait également être dupliqué dans d’autres agglomérations françaises afin d’offrir des points de comparaison.
 
Porteur/euses du projet chercheur.es au LAET : Olivier Klein, enseignant chercheur à l’ENTPE, et Stéphanie Vincent, maîtresse de conférence en urbanisme à l'UFR Temps et territoires
Collaborateurs LAET / ENTPE : Pascal Pochet et Adrien Beziat

Informations pratiques

Date(s)

le 3 juin 2020