Publié le 11 mai 2020 Mis à jour le 14 mai 2020

San Paolo, vendredi 8 mai 2020 - Jour 59 d’un confinement italien

Je m’appelle Élisa, j’ai 25 ans et je suis étudiante du double diplôme Commerce international et langues appliquées (CILA). Jusqu’à il y a deux mois j’étais à Lyon, plongée dans les recherches pour mon mémoire de fin d’études sur le langage inclusif et très impatiente (et un peu stressée) de passer ma soutenance prévue pour fin mars, à Bergame.
Au moment où la situation a commencé à s’aggraver, je suis rentrée chez mes parents, en Italie, dans mon petit village natal, à mi-chemin entre Brescia et Cremona (deux départements particulièrement touchés par cette pandémie). Je n’aurais jamais imaginé de voir mon village dans cet état : vide et silencieux, tourmenté par des nouvelles si difficiles à entendre. Ainsi, presque automatiquement, les priorités ont changé, tous les projets ont été mis de côté et ma soutenance a été reportée. Ma seule préoccupation était – et est – la santé de mes proches et de mes ami.es.
Malgré les difficultés initiales, petit à petit, j’ai appris à vivre de manière active – et positive – ce confinement. J’ai de la chance : je suis avec mes parents, mon frère et mon chien, la maison est spacieuse et nous avons un petit jardin (comme de l’or en ce moment !). Le fait d’avoir créé une petite routine m’a permis de garder le rythme et de profiter de ce temps précieux. De la lecture (beaucoup !), beaucoup de cuisine, des séances de sport régulières dans le jardin, du rangement et du ménage « extraordinaire », du jardinage, des appels vidéo, des films… et depuis quelques jours, des promenades (avant on n’avait pas le droit de s’éloigner de plus de 200m de la maison) : les journées passent vite !
Ce confinement m’a certainement permis de passer beaucoup de temps avec ma famille et de faire des activités que j’aime et auxquelles, normalement, je ne peux pas dédier le temps que je souhaite. J’ai pu réfléchir sur ce qui est vraiment essentiel et comprendre l’importance des choses les plus simples.
Plus en général ce qui m’a vraiment émue et touchée, c’était de voir la solidarité, l’entraide et l’esprit d’initiative qui nous a animé.es dans le but de donner un brin de soulagement aux autres. J’ai ressenti encore plus le sens d’appartenance à cette communauté et la fierté d’en faire partie.     
Tout au long du confinement, avec mon frère et un ami, nous avons donné notre petite contribution dans l’espoir d’apaiser nos concitoyen.nes et de remplir les rues désertes de notre village, à travers la lecture itinérante de poèmes. Avec l’autorisation de la Mairie et dans le respect de toutes les règles de sécurité, depuis notre voiture, avec le coffre ouvert et le haut-parleur, nous avons lu des poèmes aux personnes écoutant depuis leurs jardins ou fenêtres, vivant ainsi un moment de détente.  
Lectures
Lectures

Cuisine - tarte aux fruits
Cuisine - tarte aux fruits

Au jardin
Au jardin
Un peu de poésie
Un peu de poésie

Maintenant la situation commence à s’améliorer, les activités reprennent progressivement et je suis de nouveau impatiente de passer ma soutenance, qui a été reportée à la fin du mois de mai, en téléconférence.
J’espère vraiment qu’on pourra revenir vite à la normalité, pour revivre le plaisir des choses les plus simples, changé.es – en mieux – grâce à cette expérience si bouleversante et particulière