Publié le 7 juillet 2021 Mis à jour le 21 juillet 2021
le 8 septembre 2021
Campus Porte des Alpes
12h30

La compagnie Nahary revient à l'université et vous présente sa pièce "Light Deprived" !

Après avoir été sélectionnée pour l'édition Coups de Théâtres 2020, et après une petite résidence pendant le confinement, la compagnie Nahary composée d'anciennes et actuelles étudiantes de l'université revient pour vous présenter sa création Light Deprived !

 
La pièce

Light Deprived
Création
Chorégraphe : Mamitina Rey
Danseuses interprètes : Eva Bernaud,
 Océane Mégevand, Olivia Thévenet

La rue. Là où tout le monde passe, où les Hommes circulent. Ce sont des voies cheminées, des destins tracés, des vies qui se croisent. Des milliers de systèmes qui s’entrecoupent les uns les autres : prendre sa place pour ne pas disparaître derrière l’ombre des autres. Les entités s’agitent et fourmillent. Elles se ressemblent et se rassemblent. Le groupe se crée car le groupe rend fort, renforce : il impose sa présence. Au fond des ruelles, les lumières s’éteignent. L’obscurité s’immisce dans tous les recoins, la matière s’étend et gagne du terrain. Seule une lueur résiste et continue de briller, dissimulée, elle éclaire faiblement… puis s’efface.

En images
LD1
LD2
LD3
 
LD4
Images (c) Sarah Lowicki, Université Lumière Lyon 2, 2020
LD5
LD6
Le projet

Note d'intention

"La rue c’est le lieu où, en tant que danseuse hip-hop, j’ai vécu de très beaux moments de partages et d’échanges. C’est un endroit de transmission où l’on apprend des uns et des autres. Où l’on s’entraine ensemble. Mais c’est aussi le lieu où l’on rencontre des personnes de tous milieux, toutes origines, tout âge avec des
expériences de vie différentes. Et c’est cette richesse qui m’inspire. Observer ce lieu m’a donné l’envie de l’utiliser non plus comme un unique lieu d’entraînement mais aussi comme un lieu de spectacle, pour offrir à tous une expérience artistique, une parenthèse dans leurs vies. C’est la possibilité de montrer la
pièce à un plus large public, avec en tête l’idée de laisser le choix aux passant·es de voir ou ne pas voir, de regarder la pièce sous tous ses angles et surtout de choisir
la proximité -ou non- avec les danseuses. C’est le moyen d’offrir une pièce conçue aussi bien pour la scène que pour la rue, montrant l’échange qu’il est possible d’avoir entre ces deux endroits et briser les barrières qui font passer du plaisir à l’institutionnel : le passage à la scène ne doit pas enlever le plaisir de danser la pièce où l’intellectualiser plus qu’elle ne l’est, mais la jouer dans la rue ne doit pas lui enlever de valeur ni diminuer son propos.
Alors, c’est en mêlant l’ombre et la lumière que « Light-deprived » voit le jour. C’est le souhait d’exprimer la sensation d’être déraciné·e, de perdre pied mais c’est aussi
de ne plus savoir quel chemin choisir et être désorienté·e. Nous vous emmenons dans cette spirale continue faite de mouvement du quotidien, de regards, de
distorsion dans le corps et de contact pour exprimer une souffrance et un mal-être que chacun·e peut s’approprier, mais aussi la persévérance d’être soi, et la lutte pour s’affirmer et être qui on veut être."


La compagnie Nahary

Un groupe de danseur·euse·s a vu le jour courant 2016 grâce aux cours réguliers de danse hip-hop, tenu par Imad Nefti, implanté sur la ville d’Annecy. D’années en années, ces jeunes danseur·euse·s hiphop et contemporain se sont rapproché·e·s et ont pris goût à s’entraîner ensemble. Ielles avaient le même langage chorégraphique, ielles lisaient le mouvement de la même manière. Pour Mamitina, il en devenait un besoin de créer une pièce autour de ce qu’elle vivait avec ce groupe, elle a souhaité exprimer par le corps ce qu’elle ressentait au fond : un sentiment d’oppression ressenti à cause de notre société normée, et le confort retrouvé lorsqu’elle reprenait place au sein de ce groupe. C’est plus tard que la chorégraphe choisit alors trois d’entre elleux pour réaliser un projet : celui de fonder la compagnie Nahary « Celles qui créent » et écrire la pièce de danse « Light-deprived ». Une création à leur image, inspirée de leur gestuelle qui sont différentes les unes par rapport autres. Même si elles ont été formées dans le même établissement, leur professeur de hip-hop leur a appris à développer leur personnalité dans leur danse et leur univers. Un atout pour la créativité de la pièce.
Les quatre danseuses ont le goût du partage. Amoureuses de la danse, elles ont à coeur de transmettre leurs valeurs aux nouvelles générations et auprès de toutes les personnes qui aiment l’art. La bienveillance les unes envers les autres, s’encourager pour avancer, grandir et créer ensemble, c’est notre manière de travailler.


  

Informations pratiques

Lieu(x)

Campus Porte des Alpes

Parvis de la Maison de l’Etudiant·e
Plan d'accès