Publié le 4 octobre 2021 Mis à jour le 27 octobre 2021
le 24 novembre 2021
Campus Porte des Alpes

Création 2021

Par La Piraterie
Chorégraphie et mise en scène Marlène Gobber
Interprétation Thaïs Desveronnières, Marlène Gobber, Julie Jurado, Rudy Machetto, Paul Moscoso
Dramaturge Olivier Atangana
Captation d’images visuelles et sonores et voix off Olivier Atangana 
Lumière et scénographie Géraldine Michel
Vidéo et scénographie  Fanny Lebert
Musique Aṣa et Nio Far part II,  de Julien Villa (Musiques extraites du film « L’appel à la danse de Diane Fardoun), Celeste de Bicep, Tlacotlan d'El Búho , Con moto d'Hania Rani & Dobrawa Czocher, Loom d'Ólafur Arnalds & Bonobo, Guanaye de MARDELEVA.
Arrangements musicaux Noé Colantonio
Regards complices Léa Genet-Colantonio 

Durée 1h

Mercredi 24 novembre, 18h, amphithéâtre culturel, campus Porte des Alpes

> Réservez votre place ici <

Tous les événements sont gratuits et ouverts à tous et toutes, sur réservation.
❗️❗️❗️ Attention, suite aux dernières annonces du gouvernement, l’entrée aux spectacles dans l’amphithéâtre culturel de l'Université Lumière Lyon 2 est conditionnée à la présentation d’un passe sanitaire valide. 

Note d'intention :


« En 2018, je quitte le territoire pour faire le tour du monde avec mon tout jeune mari. Je m’apprête à vivre un voyage initiatique. 40 litres, c’est la dimension de mon sac, dans lequel je peux mettre le strict nécessaire. Un budget modeste et l’essentiel, seront les éléments clés de ce périple. Manger, dormir, sourire, ressentir, traverser, marcher, rencontrer, découvrir, lâcher prise, ne plus rien contrôler, …
 J’expérimente par ailleurs la pleine conscience, lors d’une retraite Vipassana en Thaïlande, qui me fait « reconnaître » chaque seconde de ma vie. Je médite plus de 10 heures par jour suivant la discipline et les règles des moines et nonnes vivant au temple Wat Phrathatsrijomtong.

Le temps prend une autre dimension, il est à la fois vivant et imperceptible. Je perds toute conscience des jours, des mois. Ce paradoxe sur le temps créé un nouvel espace de vie où la recherche du bonheur prévaut sur le reste. La question du bonheur, se glisse dans mes valises pendant tout le séjour. J’ai cette envie profonde de savoir comment les gens sont heureux ailleurs ? Le Bonheur National Brut, est un contrepoint au très économique Produit Intérieur Brut. En 1972, Jigme Singye Wangchuck, tout juste sacré roi du Bouthan à 16 ans, estime que le PIB ne prend pas en compte des critères de satisfaction de vie et de bien être indispensable à une mesure précise du niveau du bonheur. 

A travers cette création, j’aimerai retranscrire ce voyage sous forme de parcours initiatique et artistique durant lequel les artistes, mais aussi les spectateurs traversent des étapes et des nouvelles expériences et interrogations leur permettant d’accéder à un autre état de conscience. Donner un espace de vie et de jeu aux interprètes où ils peuvent prendre le temps d’exprimer émotions et singularité, s’abandonner de confiance, où prendre le temps à sa place comme un rituel de purification et une élévation de leurs arts.
Un jeu se crée entre les témoignages des individus de par le monde, où la confidence sans censure amène à une danse sans fioritures, minimaliste et brut où l’instinct prend le dessus sur la recherche de la forme, et où chacun renoue avec ses cinq sens, lien entre tous.»

Soutiens et résidences
Remerciements à la DRAC , La Ville de Lyon,  et au CND Lyon, Théâtre de Roanne, Bizarre!, Théâtre de Gleizé, Pôle en scènes, Dyptik, Théâtre de Bourg en Bresse, la ville de Vaulx-en-Velin  

 

Informations pratiques

Lieu(x)

Campus Porte des Alpes

Amphithéâtre culturel, campus Porte des Alpes

Plan d'accès

Partenaires

Images (c) Fanny Desbaumes