Publié le 2 février 2020 Mis à jour le 3 février 2020
le 7 février 2020
Campus Porte des Alpes

Cette journée, gratuite et ouverte à tou.tes, s’adresse à l’ensemble des étudiant.es des promotions passées et actuelles, à l’ensemble des maître.sses de stage et des enseignant.es, et au-delà à tous les praticien.nes intéressé.es par les questions de formation et de transmission. Des psychologue diplômé.es de la promotion 2018/2019 de master 2 Psychologie et psychopathologie cliniques et leur maitre.sses de stages proposent une réflexion autour des éprouvés au sein de la rencontre clinique en institution.

Entrer en contact et être sensible, dans le transfert psychotique et non psychotique,
au sens et à la substance du fantasme, renvoie aux premières expériences de la vie de l'enfant : le froid et le chaud, le sec et l'humide, le dur et le mou, le plein et le vide.
Les sensations élémentaires du patient et de l'analyste, ce "corps à corps", font partie du climat de la rencontre, ce que j'appelle "l'écologie du transfert".
Salomon Resnik


Argument transmis par les organisateur/trices
Cette dernière année universitaire est aussi une première année de formation. La première année où nous, ancien.nes étudiant.es de fin de de deuxième cycle, étions tout entier plongé.es dans ce qui allait devenir notre métier. Une année que l’on a espérée autant que redoutée : « et si je n’étais pas capable d’être psychologue ? ». Ce doute n’a eu de cesse de nous habiter tout au long de ces mois de stage. Apprendre, écouter, s’inspirer … trouver sa place mais plus encore son style à soi. Rien ne vient facilement. Il nous faut tâtonner, essayer, hésiter. Réfléchir.
Il y a dans cette citation de Salomon Resnik comme un écho à cette expérience : il s’agit d’abord d’« entrer en contact », de  rencontrer. Une rencontre qui se fait dans un espace bien spécifique : celui de la vie psychique. Il s’agit d’être à l’écoute de cette vie-là. Une vie psychique qui n’est pas une vie désincarnée mais une vie dans le corps. Il existe une climatologie de la rencontre dont il nous a fallu nous imprégner pour prétendre entrer en lien avec l’un et avec l’autre. Comme, au fond, pour entrer en lien avec les processus psychique qui traversent une institution. Cette climatologie de la rencontre nous semble venir de ce qu’il y a de plus archaïque en nous, de la part infantile d’avant l’utilisation des mots. Il ne s’agirait pas simplement de se pencher sur la vie psychique du patient tout en prenant en considération nos propres affects contre transférentiels. Mais de se pencher sur cette chose, cette « chimère » création de la rencontre dans l’actuel du/de la patient.e et du/de la psychologue. Une rencontre qui n’est pas sans conséquence. Il s’agit en effet de rencontrer mais aussi de se laisser rencontrer.

Informations pratiques

Date(s) et lieu(x)
Le 07 février 2020
De 08:30 à 18:00
Lieu(x) : Campus Porte des Alpes
Informations complémentaires : Amphithéâtre culturel