Publié le 8 octobre 2020 Mis à jour le 2 novembre 2020
le 19 novembre 2020
Campus Porte des Alpes

De David Harrower - Compagnie OPA Théâtre

La pièce Blackbird de David Harrower (traduction de Zabou Breitman et Léa Drucker) est éditée et représentée par L’Arche, éditeur et agence théâtrale. www.arche-editeur.com

blackbird 2 MISE EN SCENE
Joseph FIORAMANTE

INTERPRETES
UNA Myriam LE CHANOINE
RAY François GUIZERIX
LA FILLE Chloé PESTANA


Deux personnages. Lieu unique. Fin de journée.
UNA, la trentaine. Manteau, robe, gants, porte un sac.
RAY, la cinquantaine largement dépassée. Pantalon, chemise, cravate, téléphone à la ceinture.
Ils ont près de trente ans de différence.

Durée de la présentation
2h


La présentation de cette pièce fait suite à une résidence de la compagnie à l’Université Lumière Lyon 2.

Avec la mise en place d’une deuxième période de confinement, nous sommes dans l'obligation d’annuler les spectacles programmés en novembre. En concertation avec les artistes et nos partenaires, nous recherchons actuellement des solutions pour reporter certains spectacles ou événements et vous communiquerons très prochainement nos actions pour soutenir les compagnies concernées. Merci de votre compréhension.

 
L'histoire

blackbird3 « Tu devrais être heureuse » … Cette phrase de Ray donne à Una l’impression d’exister pour quelqu’un.
Una, s’accroche à cette reconnaissance. Ray, peu à peu, cède à ce besoin de tendresse.
Fusion, confusion…
Le duel entre eux est une tentative pour sortir de l’enfer dans lequel leur histoire les a enfermés. Ils croyaient atteindre le paradis mais la chute fut terrible.
Le passé suinte dans ce lieu neutre, sordide, anonyme, banal.
Depuis cet abîme, ils tentent de se reconstruire en oubliant leurs erreurs ou en ruminant les faits qu’ils ont vécu. Leurs paroles tentent de recomposer la suite des événements devenus traumatiques. Les phrases sont brisées, en suspend, comme le sont les âmes et les vies des deux protagonistes.
La narration se construit à travers un langage fragmentaire, elliptique, haché, plein de sous-entendus à la manière d’un puzzle dont certaines pièces manquantes sont progressivement dévoilées. Les sentiments enfouis, refoulés, émergent de cette violente reconstitution qui prend la forme d’un interrogatoire.
Il faut du courage à Una pour venir, à Ray pour rester et répondre à ces questions.
Quinze ans après les faits, qu’est devenue leur vérité quand le souvenir a été transformé par le monde qui les entoure, quand la passion est devenue raison, douleur, et s’est révélée être un crime, quand l’innocence et la naïveté ont engendré un monstre qui n’a pas le droit de se nommer amour ?
Faute d’avoir pu assister au procès, Una provoque la confrontation qui devraient lui donner les réponses nécessaires à sa reconstruction.
Entre attirance et répulsion ils se déchirent au nom de ce qu’ils ont vécu ou cru vivre.

L'équipe

Joseph FIORAMANTE
Formé en tant qu’acteur au conservatoire de région de Marseille ( classe de France Rouselle) puis dans la classe libre du Cours Florent ( Francis Huster ), il joue Racine, Musset, Beq, Marivaux, Molière, Regnard, Césaire, Ferré…
Il intervient en milieu carcéral et psychiatrique.
Il rejoint l’équipe pédagogique du Centre de la Rue Blanche dont il devient le responsable du département acteur. Il suivra l’aventure de la délocalisation de l’ENSATT à Lyon où il enseigne la versification, le jeu, le langage, la poésie.
La voie de la pédagogie le mène à la direction d’acteur et d'actrice et à la mise en scène : Britannicus, La Cantate à Trois Voix, Je Chante pour Passer le Temps.
Il intervient également en tant que pédagogue au CNSM dans la classe de Bernard Tétu, à la maîtrise de l’Opéra de Lyon, et à l’école de la Compagnie Premier Acte à Villeurbanne.
Il dirige pendant plusieurs années les Lectures Thématiques et les Préambules Littéraires en musique à l’amphithéâtre de l’Opéra de Lyon.
Il prépare les acteurs et actrices pour les lectures du « lexique nomade » aux Assises Internationales du Roman.

François Guizerix
A 19 ans, il entre à l’ENSATT ( Centre Rue Blanche ) en section régie théâtrale puis en comédie plus tard. Il joue à Paris et en province Anouilh, Lope de Vega, Pirandello, Racine, Roblès, Musset, Tchékhov, Pinter. Il suit des stages avec l’Actor Studio et l’Ecole d’Art de Moscou mais aussi l’Ecole du Cirque Fratellini. Il participe avec son frère danseur à des spectacles poétiques : René Char dans la Cour d’Honneur d’Avignon, Bachelard à l’Opéra Comique de Paris. Il dirige plusieurs jeunes compagnies, rénove un théâtre au Thor, met en scène Labiche ou Tardieu.
Il s’intéresse par ailleurs à l’art de la marionnette. Il écrit pour elle et monte des spectacles à Lyon, à l’International Visual Théâtre à Paris, ou à Bobino, fait partie de l’équipe de création des Guignols de l’Info de Canal+ comme marionnettiste et conseiller artistique. Il forme nombre d’interprètes, tant à Canal+ qu’à travers des formations AFDAS ou des parcours professionnels hors Canal. Il est depuis un an en cours de co - écriture de Passions et Ambitions, projet de série télévisée de fiction. Les Guignols de Canal+, envoyés à une retraite forcée en juin 2018, François revient véritablement au monde du théâtre donc tout dernièrement. Il est Président de La Rue Blanche – ENSATT, association des ancien·ness élèves de cette école et lauréat actuel d’une bourse « ADAMI – Déclencheur » pour un prochain spectacle.

Myriam Le Chanoine
A 19 ans, elle intègre l’Ensatt et travaille avec des metteurs et metteuses en scène comme Philippe Delaigue, Olivier Morin, Giam Paolo Gotti... Elle traverse autant d’auteurs et d'autrices différent·es comme Racine, Fitzgerald, Beckett, Dostoïevski ...
Très vite, elle s’ouvre à différentes méthodes de travail d’acteur/actrice :
A l’Ensatt, elle appréhende la rigueur et la grâce de la versification des classiques.
Puis, les investigations sur Stanislavski la mèneront jusqu’au travail des études de Maria Knebel, qu’elle aura la chance de découvrir avec Anatoli Vassiliev et ses élèves metteurs et metteuses en scène. Cette méthode transformera complètement sa vision du jeu d’acteur/actrice.
En 2007, elle interprète l’Espérie des Visionnaires, mis en scène au TNP par Christian Schiarretti, puis elle joue Princesse dans Pit Bull de Lionnel Spycher et mis en scène par Mohamed Brikat.
L’année qui suit, elle signe une co-mise en scène des Larmes de l’aveugle, d’Obaldia avec une compagnie québécoise, puis se tourne vers l’image en passant quelques mois au Studio Pygmalion et dans le stage Généric au sein duquel elle travaillera avec des réalisateurs comme Gabriel Le Bomin ou Fred Cavayé. A la télévision on la retrouve dans « Il était une fois peut-être pas » d’Akli Tadjer, réalisé par Charles Nemes, « A corde tendue » réalisé par Pierre Antoine Hiroz, « La marquise des ombres » réalisé par Edouard Niermans. Dernièrement elle tourne sous la direction de Nicolas Habas, Akim Isker, Lionnel Baillemont et Franck Mancuso.
En 2010, elle est directrice artistique de La compagnie du Sixième Étage Et Demi; et cette année 2019, de la Compagnie OPA THÉÂTRE.
De 2015 à 2018, elle anime des « temps forts » auprès de jeunes adolescent·es placé·es à l’accueil Familial SLEA pour apaiser des crises. Cette expérience est étroitement liée au choix d’interpréter la pièce Blackbird de David Harrower.

Chloé Pestana
Elle débute ses études théâtrales à l’âge de 10 ans. Après un bac littéraire spécialité art dramatique, elle obtient une licence d’art du spectacle à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Parallèlement, elle intègre différentes compagnies telles que la Compagnie du Théâtre du Pélican, la Compagnie du Théâtre du Valet de Coeur, mais aussi le conservatoire régional Emmanuel Chabrier de Clermont-Ferrand. À 22 ans, elle obtient son certificat RNCP de comédien·ne/acteur/actrice, après avoir suivi une formation professionnelle à l’école ATRE à Lyon. Dans son parcours, elle se forme notamment à la technique Meisner, l’enseignement Jacques Lecoq, à la danse, au chant, etc...

 



----------------------------------
Informations Covid-19 :

Pour le respect, la sécurité et le confort de tou·tes, nous vous remercions de respecter les contraintes sanitaires imposées. La jauge de la salle est réduite de moitié, et le placement sera imposé un siège sur deux.

Le port du masque sera obligatoire dès votre entrée dans le bâtiment et pour toute la durée de l'événement. Une désinfection des mains devra être effectuée à l'entrée de la salle. Des mesures de distanciation physiques seront également imposées dans le hall et dans la salle. Des marquages et les équipes seront présents pour vous guider. En cas de non-respect de ces consignes, il vous sera demandé de quitter les lieux.

Informations pratiques

Date(s) et lieu(x)
Le 19 novembre 2020
De 17:00 à 19:00
Lieu(x) : Campus Porte des Alpes