Les portails Lyon 2 : Intranet - Portail Etudiant

Vous êtes ici : Accueil>Actualité>Publications>Un projet original : le dossier « Enseigner la sociologie dans le supérieur » de la revue Socio-Logos n°14 (2019)

Rechercher

Un projet original : le dossier « Enseigner la sociologie dans le supérieur » de la revue Socio-Logos n°14 (2019)
 

Le dernier numéro de la revue Socio-Logos est consacré aux pratiques d’enseignement de la sociologie dans le supérieur. Il a été coordonné par Martine Court, Séverine Kakpo, Claire Piluso et Stéphanie Tralongo. Sa livraison récente fournit l’occasion à Stéphanie Tralongo de revenir sur l’histoire et le contenu de ce dossier.

Revue Socio-Logos
Accès direct : la génèse du projet | la réalisation d'un numéro collectif

La genèse du projet

L’idée de ce numéro est venue à l’issue de plusieurs activités et événements qui avaient organisés, soutenus par différents collectifs tels que l’Association Française de Sociologie (AFS), l’Association des Sociologues Enseignant.e.s du Supérieur (ASES), le Centre Max Weber, le Laboratoire de L’Éducation, l’IUT Lumière et l’Université Lumière Lyon 2. Se sont ainsi tenus un atelier d’enseignement de la sociologie à l’université pendant deux ans entre 2013 et 2015 puis deux sessions de journées d’études à Lyon en 2016 et 2017.
L’ensemble de ces activités a donné à voir un hiatus assez fort et au final préoccupant entre les manières dont les collègues relataient leurs pratiques et ce que l’on pouvait lire sous le thème de la pédagogie du supérieur. Qu’ils/elles soient novices ou déjà bien expérimenté.es, ils/elles n’étaient pas du tout les profanes sans appétence, réflexivité ni pratiques déjà anciennes et pertinentes décrit.es ailleurs. Il s’avérait alors important d’ouvrir un espace d’énonciation et d’analyse de ces pratiques, et ainsi de montrer que la discipline offre de sérieuses ressources pour le faire.

Réalisation d'un numéro collectif

Le choix de la revue Socio-Logos s’est fait au regard de son projet éditorial d’être une revue sur la sociologie, développant des sujets tels que l’histoire de la pensée sociologique, la recherche, les étudiant.es et les sociologues, ou encore l’enseignement de la discipline. Sa politique éditoriale (une revue électronique, en libre accès sur le portail OpenEdition) nous a aussi paru dans la défense d’un savoir ouvert et accessible.

Le comité de rédaction a d’emblée soutenu le projet, et nous avons ensuite travaillé de façon classique malgré un thème qui ne l’était pas vraiment en sociologie. Un calendrier a été défini. Il comprenait des phases d’aller-retour entre des articles et des évaluateur/trices. Au nombre de trois (ce qui est un peu plus qu’habituellement), ils/elles ont travaillé en double-aveugle (les évaluateur/trices et les auteur/trices sont anonymisé.es). L’ensemble aura duré un peu plus d’un an et demi, ce qui est un délai assez court dans notre discipline, et le signe d’une sérieuse et intense mobilisation de tous.

Au final,le numéro présente huit articles rédigés par treize auteur/trices : Abigail Bourguignon, Ivan Bruneau, Sophie Denave, Étienne Guillaud, Séverine Kakpo, Claire Lemêtre, Julie Maurice, Juliette Mengneau, Sandrine Nicourd, Delphine Serre, Daniel Thin, Nancy Venel, Marianne Woollven.
Ils portent sur des pratiques variées d’enseignement de la sociologie dans le supérieur. Y figurent des cours magistraux, TD d’enquête, TD thématiques, stages de terrain, préparations à des concours, mis en œuvre aux niveaux de Licence et de Master, dans des filières elles-mêmes diversifiées (sociologie, science politique, sciences de l’éducation, orthophonie) et auprès de publics également très différents (étudiant.es d’universités à recrutement populaire, élèves de grandes écoles…).

Ces articles sont très riches. Outre leur contenu directement centré sur des pratiques qui peuvent être lues pour les ficelles qu’elles fournissent, ils donnent à voir trois éléments frappants. Le premier est l’énergie enseignante, assez considérable, qui est mobilisée à toutes les phases de la préparation à la réalisation d’un cours, en passant par la réflexivité mise en œuvre pour analyser ce qui se passe auprès des étudiant.es. Le second est la façon dont la sociologie sert tout le temps : lorsqu’ils/elles enseignent, les collègues ne laissent pas leurs connaissances disciplinaires au vestiaire, et ne cessent au contraire de mobiliser leur discipline pour analyser ce qu’ils/elles font, ce qui se passe… Le troisième est la créativité dont ils/elles font preuves dans un contexte de constantes dégradations des conditions. Il en résulte des pratiques qui, moins déréalisées que dans les discours portés sur les enseignant.es du supérieur et leur pseudo désintérêt pour l’enseignement, nous semblaient vraiment devoir être mises en lumière.

INFOS PRATIQUES

  • Type : Parution ouvrage scientifique

Contact

Stéphanie Tralongo, maîtresse de conférences en sociologie à l'UFR d'Anthropologie, sociologie et science politique (ASSP), chercheuse au Centre Max Weber

À consulter

Revue Socio-Logos n°14 (2019)
Dossier « Enseigner la sociologie dans le supérieur »
https://journals.openedition.org/socio-logos/
Pour accéder à vos outils, connectez-vous »