Les portails Lyon 2 : Intranet - Portail Etudiant

Vous êtes ici : Accueil>Actualité>Publications>Coopération entre Lyon 2 et l'Inde : une publication dans la revue Science

Rechercher

Coopération entre Lyon 2 et l'Inde : une publication dans la revue Science
 

M. Yanni Gunnel, membre honoraire de l'Institut Universitaire de France, professeur à l'Université Lumière Lyon 2 vient de co-signer un article en collaboration avec plusieurs chercheurs indiens et français.

  • Science Report, 25 mars 2011, Science, vol. 331, p. 1596-1599.
Early Pleistocene Presence of Acheulian Hominins in South India

Auteurs : Shanti Pappu,1* Yanni Gunnell,2 Kumar Akhilesh,1 Régis Braucher,3 Maurice Taieb,3 François Demory,3 Nicolas Thouveny3

1 Sharma Centre for Heritage Education, 28, I Main Road, C.I.T. Colony, Mylapore, Chennai 600004, Tamil Nadu, India.
2 Department of Geography, Université Lumière-Lyon 2, CNRS UMR 5600, 5 Avenue. P. Mendès-France, 69676 Bron cedex, France.
3 Centre Européen de Recherche et d'Enseignement en Géosciences de l'Environnement (CEREGE), Europôle de l'Arbois, BP 80, 13545 Aix-en-Provence Cedex 04, France.


Résumé des résultats, implications scientifiques
D'abondants assemblages d'outils préhistoriques correspondant à une technologie acheuléenne, c'est-à-dire caractérisée par la présence de bifaces, ont été extraits d'une fouille en Inde du Sud près de Chennai (Madras) par une équipe indo-française (Chennai, Lyon 2, Aix-Marseille 3). Leur âge d'enfouissement a été obtenu grâce au croisement de deux méthodes de datation indépendantes et innovantes. Les résultats, concordants, placent l'occupation du site entre 1 et 1,5 millions d'années (Ma), ce qui double l'âge initialement estimé pour la présence de cette technologie en Asie du Sud. Il s'agit à présent du plus ancien gisement d'outils paléolithiques acheuléens d'Asie, ressemblant à s'y méprendre aux outils produits dans le rift est-africain à la même époque. Du coup, ce maillon entre l'Afrique de l'Est et la Chine résout en partie l'énigme du paléolithique chinois, où le gisement du bassin de Bose à 0,8 Ma était jusqu'à présent interprété comme une particularité endémique d'Asie orientale, sans lien cohérent avec les foyers d'Afrique et du Levant. Les travaux indiens modifient donc sensiblement la manière dont nous devons concevoir les circuits de diffusion d'une technologie majeure de l'histoire humaine depuis l'Afrique vers le reste de l'Ancien monde. Il est à présent clair que cette technologie est arrivée en Asie longtemps avant d'arriver en Europe, et que cette diffusion se serait effectuée via le Levant en deux vagues successives et grâce à deux espèces d'homininés : d'abord par Homo erectus vers l'Asie du Sud, puis par Homo heidelbergensis vers l'Europe peut-être vers 0,5-0,6 Ma. La poursuite des prospections thématiques en Inde est à présent engagée, et les accords récemment signés entre l'université Lyon 2 et plusieurs institutions indiennes entérinent le souhait d'une implication renforcée des équipes affiliées à notre université dans ces recherches pionnières sur l'archéologie, la paléo-anthropologie et les environnements passés du sous-continent indien.

INFOS PRATIQUES

  • Type : Parution ouvrage scientifique, Parution
Pour accéder à vos outils, connectez-vous »