Les portails Lyon 2 : Intranet - Portail Etudiant

Vous êtes ici : Accueil>Actualité>Actualités universitaires>[Information] Evacuation des locaux occupés - campus Berges du Rhône

Rechercher

[Information] Evacuation des locaux occupés - campus Berges du Rhône
 

  • le 13 avril 2018

Cher.es collègues, cher.es étudiant.es, Nous avons eu recours à la force publique pour procéder à l’évacuation des locaux occupés sur le campus Berges du Rhône. L’opération s’est déroulée dans le calme ce matin vers 6h30. Nous regrettons profondément d’avoir eu à ordonner cette évacuation mais nous n’étions plus à même de satisfaire à l’obligation qui est celle de l’établissement d’assurer la sécurité des personnes dans ses murs.

Université Lumière Lyon 2 - version couleur du logo (2014)
De manière générale, nos locaux sont prévus pour des activités de formation et de recherche et ne sont pas adaptés à d’autres activités (cuisine, couchage). Surtout, les comportements à risque se sont avérés nombreux depuis le début de l’occupation (consommation d’alcool, escalade sur les façades, incursions dans les zones de chantier). Les risques d’intrusions de groupes extérieurs hostiles au mouvement, accrus par l’occupation nocturne, ont été attisés par certains choix dans l’organisation des événements en soirée alors même que les étudiant.es mobilisé.es avaient bien conscience du danger. Les agents de la société de prévention et sécurité mandatée par l’université sur place ne peuvent évidemment faire face à ces situations. Lors de la première occupation qui a eu lieu la semaine dernière, un grave accident s’est produit avec la chute d’un occupant d’une fenêtre du grand amphithéâtre. La bonne volonté et les efforts évidents de certain.es pour organiser l’occupation ne permettent pas de répondre à des comportements irresponsables et ne peuvent se substituer à la responsabilité qui est celle de l’établissement.

Lundi, au début de l’occupation de l’amphithéâtre Fugier, nous avons clairement fait part de notre demande de ne pas renouveler une occupation nocturne nous empêchant de remplir nos obligations. Nous avons proposé en revanche que les étudiant.es mobilisé.es puissent bénéficier de locaux en journée (7h-22h) pour organiser réunions d’information, débats et projections. Cette proposition a été déclinée. Le blocage des locaux organisé jeudi n’a fait que décupler les risques liés à l’occupation. Nous avons donc décidé de fermer le campus et avons demandé aux occupant.es de libérer les lieux. Cette demande et notre proposition de permettre la poursuite de la mobilisation selon d’autres modalités sur les campus ont été renouvelées devant l’assemblée générale en matinée. Lors d’une intervention dans l’amphithéâtre en fin de journée, nous avons expressément réitéré notre demande aux occupant.es de quitter les lieux en fin de soirée après les activités prévues. Nous avons rappelé l’obligation que nous aurions de faire libérer les lieux par une intervention de la force publique si l’occupation nocturne se poursuivait. L’occupation s’est néanmoins prolongée cette nuit, au cours de laquelle de nouveaux incidents se sont produits.

Nous estimons avoir fait tout notre possible pour éviter cette intervention qui heurte notre conception de la vie universitaire mais qui a été rendue inévitable par les conditions de l’occupation. La décision d’évacuation que nous avons prise ne remet aucunement en cause la légitimité de la mobilisation étudiante. Nous affirmons de nouveau notre volonté de favoriser le débat et l’expression des opinions, dans des conditions qui permettent à celles et ceux qui le souhaitent de se mobiliser et que nous sommes en mesure d’assumer ensemble.

Bien sincèrement,
L’équipe présidentielle
Pour accéder à vos outils, connectez-vous »