Les portails Lyon 2 : Intranet - Portail Etudiant

Vous êtes ici : Accueil>International>Actualités internationales>Les Balkans de l’Ouest, une région riche en possibilités

Rechercher

Les Balkans de l’Ouest, une région riche en possibilités
 

  • du 5 septembre 2017 au 8 septembre 2017

La stratégie internationale de Lyon 2, dans sa version 2017, a souligné entre autres l’importance d’une focalisation de nos énergies et de notre attention sur les Balkans de l’Ouest.

Les Balkans
Accès direct : bref historique des relations | exemples de projets : en cours et à l'avenir

À l’occasion d’une récente mission effectuée par le Vice-Président chargé des relations internationales à Sarajevo, nous souhaitons ici revenir sur ce choix et tracer des perspectives de développement de nos relations dans une région qui est riche en possibilités pour nos étudiant.es, nos enseignant.es et nos chercheur.es.

 

Historique de nos relations

Les Balkans de l’Ouest, terme qui regroupe tous les pays de l’ex-Yougoslavie et l’Albanie, étaient loin d’être inconnus pour notre établissement, avant la consultation sur la stratégie internationale. Notre Institut de la communication offre depuis une dizaine d’années un parcours « Management et politiques culturelles dans les Balkans » du Master « Développement de projets artistiques et culturels internationaux », en collaboration avec l’Université de Belgrade, une formation phare dans la région et qui permet de nombreuses mobilités d’étudiant.es et d’enseignant.es. Ce projet a pu également être soutenu par la réussite, à deux reprises désormais, de la candidature à des financements Erasmus+, dits Mobilité Internationale de Crédits.

De la même manière, nous étions déjà partenaire de deux universités monténégrines dans le cadre d’un autre projet Erasmus+, dit de renforcement des capacités. Enfin, des accords de mobilité existaient, ou étaient en phase d’être signés, notamment avec l’Université de Zagreb (IUT) et l’Université de Ljubljana (Anthropologie, Anglais).
Mais tout cela est bien trop peu. Les Balkans de l’Ouest, de par leur histoire, de par le dynamisme retrouvé de leurs grandes universités et de par le soutien financier important qui leur est actuellement apporté par le système Erasmus+, doivent nous attirer. Nous avons déjà les bases pour établir des coopérations fortes, et nous avons également les ressources pour le faire. Deux exemples, le premier pour démontrer la manière dont cette stratégie a déjà été mise en œuvre, le deuxième pour montrer comment elle pourrait l’être davantage.

Une stratégie déjà à l'oeuvre...

Dans le cadre des candidatures aux Mobilités Internationales de Crédits 2017, dont nous avons vu que la Serbie (Belgrade) était déjà un partenaire de choix, nous avons également déposé et obtenu des financements pour soutenir une nouvelle coopération avec l’Université de Priština (Kosovo) en tourisme et archéologie, comprenant des mobilités étudiantes et enseignantes, dans la perspective de bâtir un Master conjoint, et, chose importante pour le positionnement de notre université, l’organisation de stages intensifs de français.

Des perspectives pour l’avenir

Le récent déplacement à l’Université de Sarajevo a permis de démontrer tout l’intérêt d’une stratégie régionale. Outre les nombreuses pistes évoquées, en études sur le genre (et en particulier la question du féminisme musulman), en science politique (gestion des situations de post-conflit), en anthropologie (les frontières et l’imaginaire) et en sociolinguistique (la situation de ce qui s’appelait autrefois le serbo-croate ne lasse de fasciner), Sarajevo constitue aussi un cœur de réseau pour les liens établis, et à établir, avec Belgrade, Zagreb et les autres grandes universités de la région.

Si nous voulons développer des activités dans la région, attirer des étudiant.es des Balkans et y envoyer les nôtres, il nous faut réussir un mariage entre des démarches montantes (les collègues déjà impliqué.es dans des projets dans la région qui cherchent l’appui du Service des relations internationales / SRI) et descendantes (des missions exploratoires au plus haut niveau institutionnel pour ouvrir les portes). C’est à cela que le Service des relations internationales continuera à travailler dans les mois qui viennent.

INFOS PRATIQUES

  • Type : International
Pour accéder à vos outils, connectez-vous »