Les portails Lyon 2 : Intranet - Portail Etudiant

Vous êtes ici : Accueil>Actualité>Actualités universitaires>Cérémonie des voeux aux personnels de l'Université Lumière Lyon 2

Rechercher

Cérémonie des voeux aux personnels de l'Université Lumière Lyon 2
 

  • du 14 novembre 2015 au 7 janvier 2016
Jean-Luc Mayaud, Président de l'Université Lumière Lyon 2 et son équipe, ont eu le plaisir de convier l'ensemble des personnels aux cérémonies des voeux qui a eu lieu jeudi 7 Janvier 2016 sur le campus berges du Rhône et sur le campus Porte des Alpes.

voeux 2016voeux 2016
voeux 2016 voeux 2016voeux 2016

Discours Vœux 2016 – cérémonies du 7 janvier 2016

Chers collègues, chers amis,
Merci à vous de vous être déplacés, merci de témoigner par cette présence de votre intérêt pour la vie collective de notre établissement. Je suis heureux d'être avec vous sur ce site et de partager avec vous cette nouvelle année.

Ce n'est pas sans émotion que je viens à votre rencontre en ce mois de janvier 2016 pour cette cérémonie des vœux. Vous en devinez et vous en partagez une partie des motifs. Le contexte est lourd, très lourd. Le deuil des attentats de janvier et de novembre 2015, bien sûr, qui ne passe décidément pas ; mais également, l'inquiétude qui grandit face à la fragilité de notre société et, vous me permettrez de le dire, la fragilité peut-être plus grande encore des responsables politiques de notre pays et de notre communauté européenne toute entière. Le mot qui fait débat, le mot qui fait mal, celui de "déchéance", est porteur d'une redoutable ambivalence – juristes et psychologues pourraient nous éclairer -, et (ce mot est aussi) vecteur de possibles dérapages aussi bien dans l'espace social que dans celui des institutions.

Pour un établissement d'enseignement supérieur et de recherche comme le nôtre, qui se veut, et qui est véritablement, je le crois, un haut lieu de réflexion et de débat libre et informé sur la production des faits sociaux, économiques, culturels et politiques, 2016 doit être une année de grande vigilance ; et, osons des mots qui paraissaient obsolètes il y a peu de temps encore, de lucidité et de courage intellectuel. Les exemples ne manquent pas, hélas, de prises de positions récentes d'individus que l'on pouvait tenir pour cultivés et responsables, qui versent dans l'amalgame, la facilité, quand ce n'est pas dans la réaction pure et simple. C'est dans l'adversité que l'on reconnaît les individus bien vertébrés, comme l'exprime un collègue estimé qui sait de quoi et de qui il parle, et je nous souhaite d'avoir les reins solides.

Nous aurons, nous avons donc, dès maintenant, une ardente obligation de faire l'aggiornamento de nos priorités, dans un oubli salutaire des calculs médiocres et des rancœurs stériles, et pour une concentration plus efficace sur nos relations internes, avec les étudiants notamment, comme sur nos relations avec la Cité. Avec la nouvelle Région, bien sûr, mais également avec nos partenaires au long cours – collectivités, associations, entreprises... -, qui, pour certains, ont grand besoin de notre aide, de notre soutien moral, pour continuer à mener leurs missions dans un contexte difficile qui, parfois, devient franchement hostile. Ne nous replions pas sur nous-mêmes, au contraire, affirmons haut et fort nos principes et la valeur de nos méthodes et de nos savoirs.

Je peux vous sembler pessimiste, je ne le suis pas. En tout cas, nullement défaitiste ! Personnellement, je n'ai jamais pensé que les sciences humaines et sociales étaient une activité ludique, un passe-temps intellectuel gratuit pour un monde sans enjeu. Je sais pourquoi je me suis tourné vers elles dès mes années de formation, je sais pourquoi j'ai plus que jamais envie de les pratiquer et de les faire pratiquer avec vous dans le monde de 2016.

* * *

Le deuxième sujet qui explique mon émotion de ce jour, c'est le fait que l'année qui débute marque la fin du mandat de l'équipe présidentielle que j'ai eu l'honneur d'animer depuis 2012. Ce n'est pas le lieu d'en faire le bilan, et peut-être n'est-ce pas à moi de le faire. Les mois qui viennent permettront à chacun de s'exprimer, et j'y prendrai toute ma part, vigilant à ce que les arguments librement échangés respectent les personnes et les engagements, et la vérité des faits et des actions des uns et des autres.

Mais vous me permettrez d'ores et déjà de saluer le travail et le dévouement de cette équipe, que j'élargis aux services de la Présidence, qui ont vécu ces belles et dures années particulièrement denses, avec des moments bien difficiles, et qui n'ont jamais renoncé à défendre l'intérêt général et les perspectives d'avenir de notre maison commune.

Je sais que de votre côté, enseignant-chercheurs et personnels administratifs et techniques, vous avez également eu votre lot de difficultés, de réformes à digérer à un rythme accéléré, de mesures d'économie à amortir, de surtravail et, parfois, de moments de découragement. Les nouvelles méthodes de gestion, notamment, vous ont demandé un très grand effort de formation et de réorganisation (après SIFAC, la GBCP).

Mais je voudrais que vous vous retourniez un moment vers le chemin accompli, vers les projets en train de se concrétiser, les bâtiments réhabilités ou construits à neuf grâce au plan campus, à Porte des Alpes notamment, où nous retrouvons le plaisir de venir travailler. Et puis, il faudrait citer encore les nouveaux services matériels et immatériels qui vous sont offerts ou dédiés aux étudiants; les liens tissés avec les autres établissements au sein de l'Université de Lyon, véritablement entrée en phase active en 2015, avec des relations fructueuses nouées à l'occasion du renouvellement de l'offre de formation; et surtout avec une candidature Idex à laquelle nous avons fortement contribué, en développant des échanges nouveaux avec les sciences fondamentales et appliquées autour des enjeux sciences-société notamment.

Dans l'ordre de la gestion de nos carrières et de nos missions, également, je tiens à souligner l'effort de rigueur, de transparence et d’équité accompli, qui fait de nous un établissement où la règle n'est plus le bricolage, mais le respect des procédures les plus justes pour les individus et pour les catégories de personnels (ce sera notre action pour l’application du RIFSEEP). Ce qui n'interdit nullement de prendre en compte les spécificités de chacun, et ce qui laisse toute sa place à la démocratie sociale et à l'action des organisations professionnelles.

Malgré les idées reçues, Lyon 2 n'est pas une maison condamnée à la crise perpétuelle et à l'immobilisme, bien au contraire.

Collectivement, nous avons avancé, nous nous sommes transformés, et nous n'avons pas à rougir de la place que nous avons prise dans le paysage régional et national, non plus que du rôle que nous exerçons au quotidien pour enseigner, diffuser et transférer le produit de nos recherches et la vie de nos disciplines et champs thématiques.

La dernière visite du HCERES a permis de le vérifier amplement : malgré les charges immenses qui sont les nôtres, nous faisons face, nous restons réactifs, nous avons fait fructifier nos ressources. La compétition pour la compétition est un non-sens dans les professions scientifiques et culturelles. Mais on peut, à tout le moins, s'évaluer soi-même par rapport aux établissements voisins ou nationaux de même type, et se dire que Lyon 2, même dans la douleur, même encore et toujours en chantier, est une belle maison où les vraies questions, les vrais sujets, et les méthodes pertinentes, sont sans cesse aiguisés et mis à l'épreuve.

Les vœux que je souhaite formuler, les vœux que je vous adresse, c'est donc, en cette année de régénération démocratique de nos instances, mais également d'inauguration d'une toute nouvelle offre de formation qui va tous nous mobiliser – qui le fait déjà en vérité -, ce sont des vœux de confiance dans l'esprit de cet établissement, et d'engagement résolu dans les principes et les exigences qu'il incarne. Que chacune et chacun d'entre vous trouve dans cette nouvelle année satisfaction et reconnaissance pour sa part dans nos communes missions. Et parce que nous sommes aussi des individus porteurs d'histoires et de relations qui, heureusement, débordent très largement de ce lieu de vie professionnelle malgré sa capacité vertigineuse à drainer toutes nos énergies (et je sais de quoi je parle et ce qu'il en coûte), je vous souhaite à toutes et à tous une année d'accomplissements personnels, de santé préservée ou retrouvée, d'espoirs inattendus et de bonheur partagé. Oui, on peut encore terminer un discours sur cette idée toujours neuve du bonheur. Je vous remercie.

Jean-Luc Mayaud
Président de l’Université Lumière Lyon 2


NB : seul le prononcé fait foi
Pour accéder à vos outils, connectez-vous »