Les portails Lyon 2 : Intranet - Portail Etudiant

Vous êtes ici : Accueil>Actualité>Actualités culturelles>CINEMA/SCIENCES - Festival Interférences

Rechercher

CINEMA/SCIENCES - Festival Interférences
 

  • du 8 novembre 2017 au 9 novembre 2017
  • Amphithéâtre culturel
vignette.jpg

La 2e édition du Festival Interférences « Cinéma et Sciences » aura lieu du 8 au 18 novembre 2017 à Lyon. Le Festival porte l’exigence de proposer des espaces de rencontres-débats autour de films de sciences pluridisciplinaires. Nous pensons et défendons l’idée que le cinéma, par sa capacité à rendre compte de la réalité, est un formidable vecteur de transmission des connaissances et un objet artistique à même de nous interroger sur notre relation au monde. 

Les films permettent d’aborder la science de manière sensible et de replacer les enjeux scientifiques au centre des préoccupations collectives. Le festival, en initiant des espaces de rencontre et de débat, permet une réflexion partagée autour des grands enjeux scientifiques d’aujourd'hui et de demain.

La programmation du festival est construite autour de rencontres thématiques, jeune public, d’ateliers de lecture d’images et d’un concours international de films de sciences.

Le festival aura lieu à l'université les 8, 9, 13 et 17 novembre.
Accès direct :
Mercredi 8 novembre / Jeudi 9 novembre / Lundi 13 novembreVendredi 17 novembre : compétition officielle
Programmation complète du festival ici.

 

MERCREDI 8 NOVEMBRE - amphithéâtre culturel, campus Porte des Alpes

9h30 - 12h30 - Café du doc/lecture d'images

En matinée, le Festival Interférences et le département Cinéma de l’Université Lumière Lyon 2, proposent deux sessions d’analyse de l’image. Encadrés par Luc Vancheri, et animés par deux doctorants (Raphaël Jaudon et Maryline Marignan), ces ateliers s’appuient sur un corpus de courts et longs métrages documentaires. Une réflexion sur la manipulation des images, leur détournement et l'usage des archives dans la réécriture de l'histoire. Connectées à notre époque, elles deviennent l’instrument privilégié d’une pensée esthétique, anthropologique et politique.
 

  • Chaque mur est une porte, film de Elitza Gueorguieva, France, 2017, 58', documentaire

Dans le décor kitch d’un plateau de télévision des années 80 en Bulgarie, une jeune journaliste pose des questions philosophiques : lesquels de nos rêves sont les plus importants, les accomplis ou les déçus ? 
Nous sommes en 1989, le Mur de Berlin vient de tomber, et la jeune journaliste est ma mère.
Chaque mur est une porte est un film fait d’archives politiques et de textes personnels. À travers cette étrange émission, il s’interroge sur les révolutions échouées et leur empreinte dans nos vies.
Proposé par Raphaël JAUDON, Doctorant en Études cinématographiques à l’Université Lumière Lyon 2.
 

13h30 - 15h30 - Assigné.es à résistance

De quoi l’état d’urgence est-il le nom ? Sous couvert de lutte antiterroriste, l’État français déploie un arsenal répressif qui ressemble à un “chèque en gris” donné aux forces de l’ordre. Son pouvoir discrétionnaire renforcé, la police voit certaines de ses pratiques les plus dures et marginales se légaliser plutôt que d’être rappelée à l’ordre par le droit. De leur côté, les activistes écologistes, altermondialistes et anticapitalistes subissent dans leur chair ce mouvement de dépolitisation de leur contestation.
 

  • 317, film du Collectif 317, France, 2107, 60', documentaire

Le 29 novembre 2015 fut une journée spectaculaire. Des caméras de télévision du monde entier sont braquées sur Paris : aux images-fétiches du « deuil national » et de la mascarade diplomatique de la COP 21, viennent s'ajouter celles de la répression d'une manifestation interdite.


En présence de Sophie BÉROUD, maîtresse de conférences en science politique à l’Université Lumière Lyon 2 - Spécialiste de l'histoire syndicale.

16h - 18h - Nos voisins du bout du monde

Quitter les clichés anthropologiques classiques sur l’exotisme des tribus lointaines, en renonçant à être de simples observateurs/trices. Abandonner sa posture pour se découvrir autre, ensemble.
 

  • Boboboaka, une moto en terre hadza, film de Marion Longo, France, 2107, 50', documentaire

Chasseurs-cueilleurs qui survivent depuis des millénaires, sans bétail, ni agriculture, ni propriétés, sur les terres arides de la plaine du Grand Rift ? Des nomades, j'en aurais trouvé à quelques pas de chez moi, mais sans me l'avouer, l'exotisme m'attire. Me voilà donc au cœur de la brousse, tentant d'apprendre la langue pour m'intégrer, un carnet à la main. Jusqu'au jour où le groupe Hadza me demande de leur acheter une moto. Tout s'écroule, je doute de ma place, de ma venue, de ma réponse... Pourquoi une moto, chez des nomades? Quel impact pour des chasseurs-cueilleurs? Qui suis-je pour me permettre un tel impact ? Comment puis-je refuser de répondre à la demande sincère de mes colocataires de la brousse : Nn'on'a, Subiani, Flora ? Loin de visions faciles du sauvage, plongée dans les mécanismes du tourisme de masse, je raconte à travers ce film, la vie quotidienne de ce groupe Hadza, ses problèmes d'accès aux soins de santé, à l'eau, à la terre.

En présence de Marion LONGO, réalisatrice et Julien BONDAZ, Maître de conférences en anthropologie à l'Université Lumière Lyon 2.
 

JEUDI 9 NOVEMBRE - amphithéâtre culturel, campus Porte des Alpes

9h30 - 12h30 - Café du doc/lecture d'images
  • Sit and watch, un film de Matthew Barton, Francisco Forbes, Royaume-UNi, 2016, 37', documentaire

Telle une fresque audiovisuelle de la ville moderne – en l'occurrence Londres –, Sit and Watch adopte la forme d'un "zapping", articulé autour de différentes situations emblématiques : des sessions parlementaires, une visite guidée en bateau, des vidéos de surveillance d'autobus, un couple exposant ses ébats sexuels sur internet, une réunion religieuse et un club de boxe. À travers ces divers scénarios se brosse ainsi le portrait d'un monde qui se met en scène, surmédiatisé et dystopique, dans lequel l'individu ne s'efforce que vainement de trouver une place. Tirant parti de l'effet sériel d'un dispositif inspiré du/des petit/s écran/s, un film qui reflète par petites touches et avec habileté une société du spectacle qui entre rime et ironie choisit la fuite en avant, à l'aune de la politique et des médias. Un objet aussi jouissif qu’anxiogène, ancré dans un discours résolument contemporain

  • Green screen gringo, un film de Douwe Dijkstra, Pays-Bas, 2106, 16'

Derrière un fond vert, un étranger sillonne le Brésil, pays envoûtant mais tourmenté. Dans des rues qui servent de théâtre à la politique, à l'art et à l'amour, un gringo ne peut qu'être spectateur. Portrait en forme de patchwork d'un Brésil moderne vu par les yeux d'un visiteur.
 

  • La lumière de l'est lointain, un film de Benjamin Genissel, France, 2106, 15'

"Il m’écrivait. Il me disait les larges panoramas, comme les surfaces rapprochées. Et les détails cartographiés... comme les vues grandes ouvertes sur les villes." Une jeune femme relate les réflexions et les expériences d'un jeune photographe en Asie. Les photographies de ce dernier, prises dans différents pays (Cambodge, Chine, Corée du Sud, Japon, Inde, Hong Kong, Thaïlande, Taïwan et Vietnam), défilent sur l'écran. Les mots de la narratrice et les images du voyageur se mêlent étroitement. Leur union vient nous parler du Voyage et de la Photographie, comment l'un et l'autre fonctionnent si bien ensemble.

Proposés par Marylin MARIGNAN, Doctorante en Études cinématographiques à l’Université Lumière Lyon 2

13h30 - 15h30 - Mobiles, Flexibles, corps et âmes

A l’heure du néolibéralisme, le travail doit composer avec de nouvelles contraintes de mobilité et de flexibilité. Invisibles, réduit.es à des objets malléables et quantifiables, des travailleurs/euses tentent de résister aux effets dévastateurs d’un quadrillage technologique et économique. Des formes de résistance et de solidarité se mettent en place pour réhabiliter l’humain dans ses liens les plus intimes et quotidiens.

  • Des jours et des nuits sur l'aire, un film de Isabelle Ingold, Belgique, France, 2016, 52'

Ce film dresse le portrait d’une aire d’autoroute perdue au milieu de la campagne picarde, véritable poste d’observation de l’Europe d’aujourd’hui où apparaît crûment la violence de la concurrence d’un marché unique, la nostalgie du déracinement et les solitudes contemporaines.

En présence de Isabelle INGOLD, réalisatrice et Bernard FRIOT, sociologue et économiste français, professeur émérite à l'Université Paris-Nanterre.

16h - 18h - Face au capitalisme du désastre

Les catastrophes naturelles sont des formidables accélérateurs des logiques intrinsèques du capitalisme. L'ouragan Katrina n'a pas fait exception. En quelques jours, il a réalisé le rêve cynique des grands prédateurs /trices libéraux/les : faire table rase des logements sociaux et évincer toute une partie des populations défavorisées de ces quartiers.

  • Nouvelle Orléans, laboratoire de l'Amérique, film d'Alexandra Kandy Longuet, belgique, France, 2016, 52'

Le 29 août 2005, Katrina, l'ouragan le plus meurtrier de l'histoire des Etats-Unis ravage la Nouvelle-Orléans. La ville est réduite à néant et vidée de l’intégralité de ses habitant.es. La catastrophe devient rapidement l’occasion d’une renaissance, d’un nouveau départ rempli d’opportunités, où chacun.e à sa carte à jouer. L'occasion de se réinventer ? Oui mais pour qui au juste ? A situation d’urgence, mesures d’urgences, et le désastre devient rapidement l’occasion de mener en accéléré une politique ultra libérale avec pour effet d’intensifier les inégalités économiques, sociales et raciales préexistantes. Portrait d’une ville devenue le laboratoire de l’Amérique, à travers le regard d’habitant.es, d’entrepreneurs/ses et de musicien.nes. Car au-delà de la Nouvelle-Orléans elle-même, la reconstruction dévoile les fractures sociales d’un pays entier, où les écarts n’ont de cesse de se creuser, et ce malgré les années Obama.

En présence de Alexandra KANDY LONGUET, réalisatrice et Bernard FRIOT, sociologue et économiste français, professeur émérite à l'Université Paris-Nanterre.




INFOS PRATIQUES

  • Type : Festival, Spectacle, Cinéma / vidéo
  • Adresse complète : Campus Porte des Alpes
    Amphithéâtre culturel
  • Partenaires :

Infos


Service d'action artistique et culturelle

Bâtiment C - campus Porte des Alpes
04 78 77 23 10 - culture@listes.univ-lyon2.fr

Le lieu

Amphithéâtre culturel de l'Université Lumière Lyon 2
Bâtiment C - campus Porte des Alpes
5, avenue Pierre Mendès France - 69500 Bron
Pour accéder à vos outils, connectez-vous »